A propos de reconnaissance

 

Dans mes précédents billets, j’évoquai la question de la reconnaissance de manière fugitive, en disant que j’y reviendrai. C’est à présent chose quasiment faite (mais pas finie) car voici un premier texte « très court » sur le sujet.

Avant toute chose, une première étape, tout ce qu’il y a de plus classique soit dit en passant, est de définir le terme utilisé. Je m’appuierai  sur le « Larousse » pour cela. Ainsi, voici qui est proposé :

  • Action de reconnaître quelqu’un ou quelque chose : La reconnaissance d’une pièce à conviction par un témoin.
  • Action de reconnaître quelque chose comme vrai ou réel : La reconnaissance du talent d’un écrivain par la critique.
  • Action d’admettre qu’on est l’auteur ou le responsable d’une action : La reconnaissance de son crime par l’inculpé.
  • Action de reconnaître quelque chose comme légitime : La reconnaissance d’une liberté par la Constitution.
  • Sentiment qui incite à se considérer comme redevable envers la personne de qui on a reçu un bienfait : Témoigner sa reconnaissance à quelqu’un.

Par ailleurs, ce terme s’envisage également dans deux autres contextes, le juridique (le Droit) et le militaire :

  • Droit
    Acte unilatéral par lequel un État accepte de considérer qu’une situation ou un acte produit des effets juridiques. (Ainsi, la reconnaissance d’État a pour conséquence la possibilité qui est ainsi ouverte à cet État d’avoir des relations et une activité diplomatiques.)
  • Marine
    Opération ayant pour objet de s’assurer de la position d’une terre, d’un danger, etc.
  • Militaire
    Mission de recueil de renseignements d’ordre tactique ou stratégique, sur le terrain ou sur l’ennemi, nécessaires à l’évaluation des situations et à l’action des forces armées : Aviation de reconnaissance.

Et d’entrée de jeu, on note ici la complexité de la notion appliquée à un contexte de travail, surtout si derrière on s’intéresse de plus près à la question de la subjectivité, à la dimension psychologique, aux ressentis.

Cela va faire l’objet des billets suivants donc, à suivre !

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *